Elles x Paris Photo - Hitomi Watanabe

&co119

“Aujourd’hui, plus de la moitié des étudiants en photographie sont des femmes, mais moi j’étais la seule” Hitomi Watanabe

Comment en êtes-vous venue à la photographie ? Vous définissez-vous comme photographe ? 

Je n’avais pas prévu que j’allais devenir photographe. À 25 ou 26 ans, je travaillais chez un éditeur. Un jour, on m’a demandé́ d’aller faire une interview, et j’ai reçu un appareil photo. Je ne connaissais rien à la technique de la photographie, mais je m’en suis plutôt bien sortie. Cela m’a donné́ envie d’approfondir.

Je me suis inscrite dans une école de photographie, et j’ai étudié́ pendant deux ans.
J’ai vite compris que la technique, l’aspect mécanique ne m’intéressaient pas. C’est le rapport entre l’objectif et tout ce qui entoure la photographie qui m’intéressait.
Comme j’étais plutôt douée, l’école m’a proposé́ de devenir professeur, mais j’ai refusé́. Ma mère, militante socialiste, allait souvent à des manifestations. Elle m’a beaucoup influencée. Un jour, j’ai photographié une manifestation organisée contre la construction de l’hôpital américain Yasen, à Oji. Ce fût ma première expérience de photos de manifestation.

Je suis photographe, et je suis reconnue comme telle. Je pratique aussi l’Āyurveda, mais cela se sait moins !

Quels sont vos engagements dans votre pratique photographique ? 

Lorsque j’ai débuté dans le milieu, il n’y avait que deux formes : la photographie commerciale et la photographie documentaire. J’ai toujours refusé de faire de la photographie commerciale, malgré́ les propositions reçues et l’intérêt financier. Toute ma vie, je me suis cantonnée à la photographie documentaire.

Est-il légitime de parler d’un regard de femme dans la photographie ? Vous sentez-vous concernée ? 

À l’époque, il y avait très peu de femmes photographes. Ce sont les médias qui ont voulu utiliser ce terme de “regard de femme”. Il est apparu comme un élément de différenciation. Au début, je n’aimais pas cette approche et puis, je n’y ai plus prêté́ attention.
À l’école, j’étais déjà̀ « spéciale », car la seule femme, je pouvais bien continuer à être « spéciale » en tant que photographe. Aujourd’hui, plus de la moitié des étudiants en photographie sont des femmes, mais moi j’étais la seule. Cinq ans après moi, au Japon, Miyako Ishiuchi s’est fait connaître, comme femme photographe.

Peut-être me suis-je intéressée au monde des hommes comme celui des Tekiya (marchands forains) parce que je suis une femme ?

Votre statut de femme a-t-il, ou a-il-eu, une influence sur votre statut d’artiste ? 

Je pense que oui. C’est un hasard, mais je suis la seule photographe au monde à avoir pu photographier les manifestations estudiantines en 1968, depuis l’intérieur. Et j’ai pu réaliser ces clichés parce que j’étais une jeune femme et que personne ne faisait attention à moi.

Cette première série sur Todai Zenkyoto a été relayée dans l’actualité́ à l’époque, et m’a fait connaître comme photographe.

Vivez-vous de votre art ?

Je suis une femme qui sait dire “non”. Cela n’a pas toujours été facile, et j’ai refusé́ des commandes des médias ou des propositions commerciales. J’arrive à en vivre, par miracle !

Quels sont les auteur(e)s qui vous inspirent ? Parmi eux/elles, y a-t-il des femmes photographes ?

J’ai rencontré́ beaucoup de photographes de ma génération comme Daido Moriyama, Kazuo Kitai, ou encore Takuma Nakahira, mais je ne peux pas dire que j’ai été influencée par eux. L’artiste qui m’a beaucoup impressionnée est Susan Sontag.  J’ai découvert son approche novatrice durant mes études – moi qui ne pensais qu’à la photographie documentaire !

Hitomi Watanabe

BIO

Née en 1943, Hitomi Watanabe s’est formée au 8e art au Tokyo College of Photography – où elle était alors la seule femme étudiante – et obtient son diplôme en 1968. Elle débute ensuite un travail inspiré par les rues de Shinjuku, avant de capturer le mouvement Zenkyoto, opposant étudiants et policiers. À partir de 1972, et durant 25 ans, elle effectue de nombreux voyages en Inde et au Népal. « J’étais attirée par ces pays, car nous partageons le bouddhisme, et ces racines communes sont importantes pour moi », explique-t-elle. Inspirée par la photographie documentaire, elle refuse les propositions de commandes, pour se concentrer sur ses propres projets. Auteure de plusieurs monographies (Open, Lotus en 2001, The Monkey Philosopher en 2003…), elle a participé à plusieurs expositions collectives. Parmi elles, 1968 in Japanese Photography, au Tokyo Metropolitan Museum of Photography.

→ En savoir plus sur l’artiste