Name Amon First

Négatif sur papier

En 1851, Gustave Le Gray perfectionne le procédé de Talbot avec son « papier ciré sec ». Cette technique qui préconise de cirer le papier avant de le sensibiliser, permet d’allonger la durée de conservation des papiers préparés et d’offrir plus de transparence au négatif réalisé. Il a néanmoins l’inconvénient de rallonger le temps de pose.

La pratique du négatif sur papier est peu à peu abandonnée à la fin des années 1850, au profit de celle du négatif sur support verre qui permet de produire des images de meilleure qualité. Elle fait néanmoins sa réapparition dans la deuxième moitié des années 1880, sous une forme industrialisée : la Eastman Dry Plate and Film Company (Eastman Kodak) lance en 1884 la production de bobines de papier sensibilisé qu’elle se charge de développer, préfigurant ainsi la massification de la pratique de la photographie. Les images obtenues se révélant de médiocre qualité, Kodak remplace le papier par les supports souples à base de nitrate dès 1888.

Glossaire visuel des procédés photographiques © ARCP / Mairie de Paris, 2014
Visual glossary of photographic processes © ARCP / Mairie de Paris, 2014

Visuels de haut en bas:
Charles Nègre, Église Saint-Germain-L’Auxerrois, vers 1853 © Musée Carnavalet
Détail agrandi du côté support, lumière rasante. ©ARCP / Mairie de Paris / Jean-Philippe Boiteux, 2014.

Nous utilisons des cookies pour faire fonctionner ce site Internet, améliorer son utilisation et vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Veuillez noter qu'en utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Pour toute information sur les cookies notamment comment les gérer, cliquer ici