• 12 - 15 NOV 2020
  • GRAND PALAIS, PARIS

Three Colours I Know in This World

Le titre de mon projet : Three Colours I Know in This World, est une citation de la première ligne de l’hymne communiste roumain. Transposée dans le langage photographique, cette ligne aide à comprendre mes motivations artistiques et personnelles. Je n’ai pas choisi le sujet, j’ai juste tenté de clarifier ce que je recherchais au-delà des images. J’ai commencé à jouer avec mes images ; je les laisse me diriger. Il s’agit d’une histoire personnelle, puisque le communisme a créé un gouffre énorme entre la génération de mes parents et la mienne. Ils ont vécu le communisme et fait l’expérience d’un changement de régime, ce qui n’est pas notre cas. Par conséquent, ils savent des choses que nous ne savons pas. Ce récit dont je ne fais pas partie, mais dont j’ai toujours entendu parler, a engendré des traumatismes chez mes parents, dont j’ai hérité - ces traumatismes provoquent chez moi des visions et des sensations physiques. J’aimerais parvenir à être plus près de mes parents. La voix de Ceausescu, les peurs, les désirs et les secrets, la paranoïa étaient distillés dans les vies privées sous les yeux démoniaques de la Securitate. Le secret le mieux gardé de mes parents était leur croyance, leur langue, et leur âme. 

KINCSO BEDE

Je m’appelle Kincső Bede. Je vis à Budapest, où j'étudie à l'Université d'Art et de Design Moholy-Nagy, mais je suis née à Covasna, une petite ville en Roumanie. J’ai vingt-cinq ans. Ma tension artérielle est basse. J’adore ma solitude et je voudrais célébrer les belles choses de la vie. Trois artistes qui m’inspirent beaucoup : Pier Paolo Pasonili, Francis Bacon et Roger Ballen. Quelques évènements importants à venir cette année : la bourse de photographie 2020 de l’Association des Photographes hongrois ; ma sélection au Bredaphoto Festival 2020 ; ma nomination au concours international « Blurring the Lines 2020 ».