Name Amon First

Ferrotype

Procédé photographique monochrome, un ferrotype est un positif direct sur plaque de métal. Tout comme l’ambrotype, obtenu lui sur plaque de verre, il s’agit en réalité d’un négatif dont l’image est perçue comme positive, les grains d’argent composant les parties claires de l’image. Les photographies obtenues sont généralement de petits formats, les plus courants étant la « carte de visite » (sixième ou neuvième de plaque), le « portrait-bijou » (2,5 × 3 × 3 cm) ou le « timbre-poste » (1,2 × 2,5 cm). Les ferrotypes pleines plaques (16,2 × 21,6 cm) et les vues de paysages sont quant à eux plus rares.

Si le procédé est présenté pour la première fois en France par Adolphe Martin en 1852, de nombreux autres brevets sont déposés par la suite en Angleterre et aux États-Unis. C’est d’ailleurs outre-Atlantique que la ferrotypie connaît son essor le plus marqué, de la Guerre de Sécession au début du XXe siècle, sous le vocable « melainotype » ou « tintype ». Procédé rapide et bon marché, il y est popularisé par les photographes ambulants.

Nous utilisons des cookies pour faire fonctionner ce site Internet, améliorer son utilisation et vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Veuillez noter qu'en utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Pour toute information sur les cookies notamment comment les gérer, cliquer ici